17 juin 2016

Kéa

Grèce 2016-2

Ormos Pisses

16 juin : après l'avitaillement en carburant à Olympic Marine, nous mettons cap au sud dans le canal de Makronisi, île filiforme le long de la côte de l'Attique jusqu'au cap Sounion. 

Shrubb avance contre un petit vent de sud, alternativement sous voiles et au  moteur. 







Le cap Sounion : le temple de Poséidon

Après avoir salué de loin les colonnes du temple de Poséidon, cap à l'est pour atterrir sur Kéa, dans la jolie crique d'Ormos Pisses. 
 
 

Mouillage par 4 m de fond de sable, à côté de 3 autres bateaux. Il y a un peu de verdure sur le rivage, rareté dans les Cyclades. La tranquillité est absolue.



Baignade dans une eau cristalline, pêche sur les rochers, dîner dans l'unique taverna sur la plage. 

Nuit on ne peut plus paisible.

Suite du parcours ici


Vourkari

2 juillet : partis tôt le matin de Fikiadha (Kythnos) sous voiles avec réduction à un ris, nous affrontons notre plus longue étape de remontée du meltem. 

Dans le canal entre Makronisi et Kéa, nous tirons des bords contre un courant d'1 nœud et un vent de 16 nœuds, mollissant nettement au milieu du canal. 










 

Le ris est largué, repris, de nouveau largué, et  nous finissons la dernière heure au moteur pour entrer dans la vaste baie de Vourkari, au nord-ouest de Kéa.

Atterrissage sur Vourkari
Il y a 3 zones de mouillage possibles, et nous choisissons la plus au nord, mieux abritée du meltem et surtout moins encombrée que les autres puisqu'il ne s'y trouve qu'un petit bateau à notre arrivée à 13 h. Mouillage dans 5 m de fond de sable en évitant les câbles sous-marins signalés à l'ouest de la baie. 


Mouillage au nord de Vourkari
Le décor n'est pas des plus jolis, entre un relais électrique et les vestiges de l'ancien dépôt de charbon, souvenir de l'époque florissante de la marine à vapeur. Mais c'est calme et la baignade est bienvenue.

Bâtiments de l'ancien dépôt de charbon
Quelques heures plus tard, une noria de bateaux de toutes tailles commence à affluer autour de nous. 
 
Du prestigieux...
 

Un gros motor-yacht va s'amarrer avec ses aussières à terre très près de nous, au point que nous éviterons jusqu'à quelques mètres de sa coque rutilante sans qu'il s'en soucie le moins du monde. 

...de l'encombrant !
Le port de Vourkari

Un dernier approvisionnement
Le soir, tous les mouillages sont pleins, y compris le nôtre.
 
C'est complet !
Nous craignions des torrents de bruit de sonos déchaînées mais il n'en sera rien et notre nuit ne sera troublée que par les moustiques.


Le lendemain matin, nous avons droit à un départ de régate dans la baie, course de lenteur car le meltem est encore endormi et ne dépasse pas force 1.


Suite du parcours ici
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires ici