29 décembre 2009

Bagarre dans le golfe de Gênes

LigureA.jpgNeuf jours de navigation hivernale, des sensations fortes et des instants de plaisir absolu : François s'y colle une nouvelle fois pour m'accompagner dans cette aventure.








19 décembre :

A 7h45 Teles embouque la jetée sud de Port-Fréjus, direction Sanremo.

Ça démarre fort : 18 nœuds de vent travers, un rêve qui ne va pas durer car tout tombe après 2 heures et ce sera au moteur jusqu'au soir. Pas mal, la Côte d'Azur au soleil de décembre.

LigComp_009.jpg 











  Menton et la frontière franco-italienne


En vue de Sanremo, le temps se gâte : de gros nuages s'accumulent près de la côte, un grain s'annonce quand brusquement apparaît devant l'étrave ... une belle trombe !

LigureB.jpg

La croisière ne va pas être de tout repos...

20 décembre :


LigComp_023.jpgLever de soleil sur Sanremo.


LigComp_020.jpg
San Remo : marina de Portosole

La côte est belle mais un peu défigurée à l'ouest par les serres qui couvrent les montagnes.

LigComp_025.jpg 
 
Plus à l'est c'est la belle côte ligure, ou Riviera del ponente : Bordighera, Imperia, des noms de stations au charme devenu un peu désuet.
 
LigComp_029.jpg

Le vent ne dépasse pas 6 nœuds : route alternativement sous voiles et au moteur pour atterrir en fin d'après-midi à Alassio.
 
LigComp_034.jpg 
Alassio et l'îlot Gallinara en face
 
François me rejoint dans la soirée après maintes péripéties ferroviaires. L'équipage est au complet, prêt à affronter les terribles moments qui vont suivre...
  
LigComp_036.jpgAlassio : le port
 

21 décembre : 


LigComp_045.jpgNous sommes vernis : dès le départ un bon force 5 au portant, Teles s'élance au grand largue sous 1 ris, cap sur Gênes. 

Nous contournons ce bizarre îlot Gallinara, île privée avec un petit port qui doit être une étape charmante en été.
LigComp_043.jpgL'îlot Gallinara côté est
 
Je me demandais, en préparant cette croisière, ce qui serait le plus dur : la pluie ou le froid. Nous sommes gâtés, nous avons les deux ! Le ciel s'obscurcit, une pluie tenace s'installe et ne cessera pas de la journée. Le thermomètre marque 7°C et ne bougera guère jusqu'au soir.
 
LigComp_044.jpgCôte ouest du golfe, aux environs de midi
 
Le vent tombe un moment à 8 nœuds et nous sortons le spi à tout hasard. Mal nous en prend : dès 14 heures il y a de nouveau du vent qui bascule au nord ouest, donc du bien froid, et va atteindre 28 nœuds. Nous prenons successivement les 3 ris. 
 
La plage avant est balayée par les vagues et les embruns, et le spi dans son sac finit par passer par-dessus bord, juste retenu à la filière. Il faut aller le récupérer : harnaché et sanglé, je file à l'avant où la voile commence à sortir du sac et embarquer de l'eau. Il faut croire qu'on arrive à décupler ses forces dans ces situations désespérées : j'arrive à récupérer la bête sans la déchirer, puis à réintégrer le cockpit sans la perdre. La promenade sur le pont tressautant et submergé d'eau, douce ou salée mais en tout cas glaciale, est un grand moment ! Après, reste à dégouliner un moment avant de reprendre la manœuvre...
 
Extrait de dialogue :
- François, on pourrait larguer un ris.
- Pour quoi faire ?
- Ben pour s'occuper un peu, ça réchauffe.
- Je suis déjà très occupé (il est vautré, semi-comateux...)
- ... ?
- Je réfléchis, ça m'occupe beaucoup.
- A quoi ?
- Je me demande ce que je fais là.
- Et ?
- Je n'ai pas trouvé de bonne réponse...
 
A part notre congélation progressive, les dégâts sont limités : le réflecteur radar tombe sur le passavant, probablement décroché par une latte de grand-voile au moment des prises de ris. Nous pourrons même le récupérer, à peine fendillé. Le 3ème ris a fait des siennes : le mousqueton du point d'amure est tordu ; après 3 allers et retours dans le chahut, je finis par assurer l'œil sur une manille de secours.
 
Il fait nuit depuis longtemps. En vue de Gênes, nous avons un peu dévié à l'est et il faut virer de bord vers l'entrée du port. Au moment du changement d'amure, je pousse un cri : exposée au vent bâbord depuis des heures, mon hémi-face gauche n'avait plus un globule rouge en circulation, mais le sang passait encore un peu sur la moitié droite ; choc thermique quand elle est brusquement exposée au blizzard sur tribord !
 
Pour atterrir, nous faisons quelques exercices de dégrippage. Les genoux et les doigts ne répondent presque plus... Nous parlons peu, ayant du mal à articuler. Aux abords du port, je mets en marche radar et AIS : la côte est inondée de lumières éblouissantes, et nous avons du mal à repérer l'entrée de la grande digue. Nous laissons un cargo et un ferry sortir devant nous, et pénétrons enfin dans le large chenal. Il y a encore 2 milles à parcourir jusqu'au quai d'accueil de la marina !
 
LigureC.jpg

LigComp_086.jpgNous traversons cette immensité, fascinés malgré notre état en longeant dans la nuit ferrys et porte-conteneurs géants.
 

LigureE.jpg
 
Nous aurons mis 10 heures pour couvrir les 45 milles de cette traversée. Enfin amarrés à Porto Antico, au cœur du port historique et en pleine ville, nous mettons le chauffage à fond pour entreprendre de sécher notre équipement. Changés, rassasiés, ressuscités, une nuit réparatrice dans ce cadre prestigieux efface vite notre fatigue.

22 décembre :

La nuit a été polaire. Nous débarquons au milieu de véhicules couverts de glace, les journaux locaux titrent sur le verglas qui a envahi une partie de la ville. Nous allons faire une courte promenade entre les nombreux palais et musées. Malgré cette veille de fêtes, il y a peu de monde dans les rues balayées par le vent de nord.
 
LigComp_064.jpg
 
LigureD.jpg
La Piazza De Ferrari, le Palazzo Reale

LigureF.jpg Galeries d'art et bouquinistes

N'y tenant plus, nous trouvons refuge dans une merveille de bar à vins : la cuisine génoise, un régal !
 
LigComp_061.jpg 














  Art, vins et gastronomie...


On ne peut manquer le célèbre Musée de la Marine.
 
LigureG.jpg 














  Le sous-marin devant l'entrée du   Musée de la Marine


LigComp_071.jpg 














  La salle Christophe Colomb

LigureH.jpg
 
LigureI.jpgGalère du XVIè s. reproduite à l'identique

23 décembre : 

Le vent tourné au sud arrive à trouer les nuages par endroits, éclairant les façades lorsque nous quittons Gênes.
LigComp_107.jpg
LigComp_105.jpg

Du vent de sud, c'est moins de froid et beaucoup plus de mer. Dès la sortie du port, nous nous trouvons dans une grande houle, longue, presque atlantique. Les cargos au mouillage déjaugent largement à chaque vague, et nous allons chevaucher de vallées en sommets, avec un bon force 4-5 au près.
 
LigComp_108.jpg 

Plus à l'est, la mer devient de plus en plus nerveuse avec une houle courte et croisée. Après avoir réduit puis remis de la toile, nous reprenons un ris lorsque nous passons au portant le cap de Portofino où il faut empanner sous 18 nœuds de vent. La baie de Portofino est très agitée.
Nous arrivons de nuit à Santa Margherita Ligure, dont la digue extérieure semble en travaux mais qu'aucun feu ne signale. Après avoir affalé, nous marchons à petite vitesse, au radar et sur les indications de François qui scrute la nuit à l'avant. Nous passons une bouée rouge non signalée sur les cartes et que nous supposons être une entrée provisoire. 

Nous entrons dans un port très secoué par un fort ressac. Tous les bateaux sont amarrés avec des aussières longues, à distance des quais : précaution éloquente... On nous place (amarrage assez sportif) devant la cahute qui tient lieu de capitainerie. Le secteur est vraiment agité, mais il y a pire dans le port, avec des voiliers qui roulent de façon impressionnante.
 
LigComp_111.jpg 
 
Une fois à quai, une petite vérification du bateau montre les séquelles de cette navigation musclée : une buse de chauffage s'est décrochée dans les fonds, ainsi que le couvercle du vase d'expansion du liquide de refroidissement du moteur. Pas grave... à condition de s'en être aperçu !

24 décembre : 

Il pleut à verse. On se demande si le port ne va pas déborder... En fin de matinée, il pleut toujours mais un peu moins fort, nous allons faire un tour en ville.
LigComp_117.jpg
LigureJ.jpg
 
Encore une étape gastronomique, puis retour au bateau en attendant notre "réveillon" : eh oui, c'est la veillée de Noël !
 
LigureK.jpg

La pluie et le vent redoublent. L'anémomètre du bord indique jusqu'à 37 nœuds de vent dans le port. Le bateau bouge dans tous les sens. Brusquement, un choc, puis un second : nous touchons le bateau voisin, rudement malgré les pare-battages. La cause apparaît rapidement : une amarre a cassé. La ligne de quai a aussi souffert mais sans se rompre. Nous enfilons les vêtements qui n'ont certes pas eu le temps de sécher, et nous allons remettre une amarre, doublée d'une autre en les protégeant par des bouts de tuyau pris sur les réserves du bord. Ce combat de près d'une heure s'achève avec la grosse remorque de 30 mètres qui nous retiendra en dernier recours si tout casse...
 
Comme je suis trempé, je le reste pour aller chercher un peu d'avitaillement : du pain frais, et surtout du vin... Je ne retrouve pas tout de suite la supérette repérée le matin, et il me faut presque une heure pour revenir. La pluie battante a entièrement traversé mon blouson, réputé imperméable mais qui ne l'est plus du tout. Mon portefeuille est quasi-dissous dans ma poche, et je paie avec des euros ruisselants. 
 
Une fois de retour, l'exercice va consister à retirer la salopette dégoulinante sans tremper les chaussettes dont je n'ai plus qu'une paire de rechange : j'arrive à la passer par-dessus les bottes dans le bac à douche. Voilà des manœuvres indispensables en navigation, qu'on ne soupçonnerait pas en été !

LigComp_126.jpgLa salle d'eau est transformée en séchoir avec le chauffage (réparé) à fond. 

Enfin nous allons dignement festoyer.






LigureL.jpg
 
LigureM.jpg

25 décembre : 

La météo nous annonce toujours du vent de sud, revenu à force 6 à 7, pas mal de houle. Voilà un programme alléchant, et nous quittons Santa Margherita sans trop de regrets. Cap sur Sanremo. Dès le cap de Portofino franchi, en effet il y a de l'animation...
 
LigComp_132.jpg
 
Vent de face 22 nœuds, houle cette fois vraiment forte avec des vagues énormes. Nous estimons les creux à 4 mètres, des murs impressionnants nous dominent avant de soulever le bateau. Je n'avais connu une telle mer qu'une fois, sur une queue de mistral lors d'un mémorable retour de Corse (cf. Les mille milles du Jasmin).
 
LigComp_130.jpg 
 
La toile est rapidement réduite sous 2 ris. Teles encaisse bien cette mer démontée que nous sommes contraints de remonter au près. Quelques déferlantes inondent le cockpit, et nous bien sûr au passage. Nous faisons le dos rond, avec gilet et sangle. 

Vers midi, le vent monte encore et nous préparons une nouvelle réduction au 3ème ris. Alors que je m'apprête à monter au pied de mât, François me crie quelque chose. Je m'aperçois que la bôme est déventée et oscille violemment d'un côté sur l'autre : la manille du chariot d'écoute a cassé, le palan n'est plus maintenu. Avec la cavalcade du bateau qui continue sur les vagues toujours géantes, nous mettrons plusieurs minutes à immobiliser la bôme et le palan d'écoute par une réparation de fortune.
 
La donne a changé : par ce gros temps, une nouvelle avarie deviendrait un risque important. Impossible de réparer efficacement dans la brafougne ambiante. Nous devons nous dérouter et retourner à Gênes.
 
Deux heures plus tard nous retrouvons le grand port qui nous offre un abri total. Et nous reprenons la même place qu'à l'escale précédente, toujours très aimablement accueillis.
 
LigureO.jpg

D'abord profiter d'un éphémère rayon de soleil pour un déjeuner tardif, pendant que tous les effets mouillés sont mis à sécher sur le pont.
 
LigComp_138.jpg
 
Puis réparer la pièce défaillante ainsi que la ligne de quai endommagée à Santa Margherita : ce sera l'affaire d'une petite heure, suivie d'une inspection générale.
 
LigureN.jpg

Il est 16 heures : dans une demi-heure il fera nuit et nous avons encore une journée de marge. Nous décidons une nuit tranquille sur place avant d'entreprendre de nouveau la traversée retour.

LigComp_143.jpg

26 décembre : 

Cette extraordinaire journée, à elle seule, va récompenser nos efforts et nos souffrances des jours précédents ! Nous quittons Gênes sous un ciel gris mais sec, avec une mer plate et 16 nœuds de vent de nord : du portant, qui va se maintenir dans une totale stabilité toute la journée. Il n'y a plus trace de houle et Teles glisse sans obstacle sur cette surface de rêve.
LigComp_148.jpg
LigComp_149.jpg
 
Le vent monte en début d'après-midi, et nous réduisons la toile au fur et à mesure. A 14 heures 30 nous sommes sous 3 ris, 27 nœuds de vent au grand largue, et le bateau file à plus de ... 9 nœuds !
 
LigureP.jpg


LigComp_152.jpgCette allure va se maintenir plusieurs heures, sans aucun incident. 

Teles dépasse plusieurs fois 10 nœuds, avec une pointe à 11,1 nœuds. 

Voilà des instants de navigation rares, malgré le froid car ce vent de nord est rafraîchissant, et pour nous le bonheur total !


LigComp_157.jpg

A ce train d'enfer, nous atteignons Sanremo en 9 heures pour plus de 65 milles, soit plus de 7 nœuds de moyenne.
 
LigComp_155.jpg

27 décembre : 

Décidément nous aurons tout connu : matinée ensoleillée, bien calme avec un petit force 4 de nord est. Nous en profitons pour hisser enfin le spi, histoire d'avoir mis au moins une fois une voile de petit temps.
 
LigComp_159.jpg 
 
LigComp_163.jpg
 
Vers midi, c'est fini. Plus de vent, on affale et on rentre soigneusement le spi en attendant un coup de mistral que la météo prévoit en fin d'après-midi sur la Côte d'Azur. Nous faisons route au moteur en espérant passer avant. Le seul souci est d'éviter les nombreux débris charriés par les pluies diluviennes des jours précédents, avec de vrais troncs d'arbres entre Monaco et Nice.
 
LigureQ.jpg
 
On n'y échappera pas : sitôt passé le cap d'Antibes, le vent tourne à l'ouest, se lève d'un coup et monte à 30 nœuds en moins d'une minute.
 
LigComp_167.jpg 
 
Impossible de poursuivre pour les 15 milles restants : nous allons nous réfugier à Cannes.
 
LigComp_168.jpg
 
Après un amarrage un peu acrobatique sur un ponton normalement désaffecté, nous laissons le bateau que je reviendrai chercher le lendemain, une fois le coup de vent passé.
 
Nous avons bien traversé les fameuses dépressions du golfe de Gênes. Le tracé du barographe du bord, que nous avons suivi attentivement, est particulièrement démonstratif.
 
baro.jpg
 
Autre chose nous a séduits : la prodigieuse gentillesse de l'accueil sur le sol d'Italie, partout où nous avons atterri au long de ces 295 milles de navigation. 

Et pour l'anecdote, Teles a atteint ses 4000 milles (en 13 mois) sur la dernière étape.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires ici