19 avril 2011

Le Havre du Robert, bien nommé


Antilles0411c_008.JPG
Une bonne demi-douzaine de mouillages dans cette vaste zone de criques bien abritées.









Nous jetons l'ancre dans la Baie St Pée au sud en entrant. On a intérêt à garder l'œil rivé au GPS et au sondeur : il y a des cayes et des hauts-fonds partout, peu visibles car l'eau n'est pas claire. Le fond est bon et tient bien.

L'endroit est quasi-désert, à part 3 ou 4 bateaux visiblement propriété des maisons en surplomb.
 
Antilles0411c_007.JPG

Silence total à part les grenouilles du soir. Pas une ride sur l'eau, mais rien à voir en dessous : eau trouble, on ne voit même pas l'ancre. Les baignades dans cette eau à 29° sont tout de même bienvenues.

Second mouillage vers Pointe Savane à l'ouest de l'îlet Petite Martinique, qui nous rapproche de la ville. Là encore aucun problème de mouillage dans cette crique totalement déserte.
 
Antilles0411c_011.JPG

Nous débarquons en annexe sur un ponton de pêcheurs, et atteignons Le Robert après une petite heure de marche.
 
Antilles0411c_012.JPG
Restaurant sympa : L'Escale du Robert

Retour en taxi car la route est dangereuse pour des piétons la nuit.

Carte2.jpgAprès ces 2 jours de mise en bouche, nous levons l'ancre en fin de journée pour rejoindre Marie-Galante : 87 milles nautiques le long de la côte est de la Dominique.




















Antilles0411c_022.JPGNous retraversons la barrière de corail par la passe de Caracoli, juste au sud de la presqu'île de la Caravelle.








Décor impressionnant : la baie du Galion, la baie du Trésor, mouillages réputés difficiles mais qui valent certainement le détour entre les pointes et les falaises battues par la houle atlantique.

Antilles0411c_020.JPG 











La Baie du Trésor


Antilles0411c_023.JPG 









La pointe de la presqu'île de la Caravelle
 


Antilles0411c_025.JPGLa nuit tombe quand nous passons près du Rocher de la Caravelle, sinistre vigie plantée en pleine mer.









La météo est capricieuse : panne d'alizés, vent faible force 2 à 3 de nord-est ou même plein nord, que vient dévier une brise de terre au travers de la Dominique. Bref, vent dans le nez ! Teles n'a pas dit son dernier mot : sa carène lisse et sa voile neuve vont faire des étincelles ! Au près serré à 8 nœuds de vent vrai, nous filons 5 à 6 bons nœuds : sensations retrouvées pendant une bonne moitié du parcours.
 
Antilles0411c_024.JPG

Dans la nuit, le vent oscille beaucoup ; il finit par refuser et nous oblige à tirer des bords, un comble dans cette zone où, paraît-il, on navigue tout le temps pépère en vent travers. C'est vite vu : les bords vers l'est se heurtent à un fort courant portant à l'ouest de plus d'1 nœud. La nuit finira donc au moteur sur le cap.


Antilles0411c_032.JPGUne fois dépassée la pointe nord de la Dominique, nous louvoyons de nouveau sous voiles et atteignons Grand-Bourg de Marie-Galante en fin de matinée.







Le port de plaisance n'est toujours pas aménagé. Nous mouillons à l'entrée, juste à l'ouest de la passe à travers les cayes.
  
Antilles0411c_033.JPG
Devant l'entrée du port de Grand Bourg

Baignade et sieste pour récupérer d'une nuit de quarts, bien peu fatigante et très plaisante, il faut reconnaître.

A suivre ici
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires ici