13 septembre 2015

Escapade aux Iles d'Hyères

C'est la récréation de la fin de l'été : Armelle et moi allons rendre une nouvelle visite à ce terrain de jeu bien connu, cette fois côté mouillages, catamaran oblige !










La trace est éloquente : bien entendu vent dans le nez, mais tirer des bords est un plaisir...


1er septembre : dès le départ, premier BMS avec avis de force 7 d'ouest pour le lendemain. Nous avons juste le temps d'aller nous réfugier au cap Taillat.

Sous le vent du cap Taillat

On laisse passer le grand frais...


3 septembre : toujours du vent d'ouest mais plus maniable.

Départ au près sous 1 ris, deux bords à 8-9 nœuds pour arriver en fin de matinée à Bormes-les-Mimosas pour le plein de carburant. 
Nous passons la nuit juste au sud du port, dans l'anse du Gau.

L'anse du Gau, bon abri de l'ouest

Vers le nord, le port du Lavandou
Le soir, la fête...

4 septembre : petit vent de SW 10-12 nœuds, que nous remontons à 8 nœuds. Nous faisons une courte halte à Porquerolles en raison d'une avarie majeure consignée dans le livre de bord...


Une fois ces urgences vitales traitées, nous devons trouver un abri car un nouveau BMS est émis pour le lendemain, cette fois un vrai coup de mistral à force 8. Le meilleur refuge dans cette zone est l'est de la presqu'île de Giens : nous mouillons tout au sud, sous la pointe de la Badine.
  
Les plages de la Baume et de la Badine

Élégant pour un day-boat !

Nous débarquons pour une balade sur la presqu'île. En une petite demi-heure nous avons traversé la pointe et nous sommes sur la côte sud, à l'embarcadère de la Tour Fondue.

Le fort de la Tour Fondue
Le climat est décoiffant...

L'embarcadère pour Porquerolles
Les hostilités commencent le soir même et durent une bonne partie de la journée du lendemain.
 
Ça souffle bien...

Avec 5 m de fond et 55 m de chaîne, le mouillage tient bon. Toutes alarmes en service, la nuit est tranquille si ce n'est beaucoup de bruit dehors.


6 septembre : après le coup de mistral, le calme plat. Nous reprenons la route des îles, en commençant par Porquerolles.


2 nœuds de vent, mais nous ne faisons que traverser : 45 minutes, à peine le temps de faire tourner le dessalinisateur.

Porquerolles : mouillage devant la Plage d'Argent

Il y a du monde : une surveillance s'impose...

Le Lagoon sur notre bâbord verra son ancre coincée sous un câble sous-marin. Nous y avons échappé de peu !

Nous débarquons au port de Porquerolles pour une petite visite et la vacation wifi. Le village reste tel qu'il est resté dans nos souvenirs : déjà 5 ans. Une différence toutefois : il y a beaucoup, beaucoup de monde.

Au port de Porquerolles
Bar exotique... mais sans wifi
Les célèbres allées des restaurants
La Place d'Armes


Cocktails, wifi... et finalement repas complet
 

7 septembre : toujours à Porquerolles, baie d'Alicastre. Depuis sa consécration dans la presse comme l'une des plus belles plages du monde, la plage Notre-Dame est en voie de surfréquentation, même en ce mois de septembre.
  
La Baie d'Alicastre et le cap des Mèdes
Eau cristalline devant un mur de bateaux...
On a pied très loin !
La plage Notre-Dame avant l'affluence
Ils arrivent !

Les vélos, les randonneurs, les baigneurs... se comptent par centaines. Dès la fin de la matinée c'est la foule.


Le bateau n'est pas un havre de solitude vu le nombre de voisins, mais nous sommes restés un peu à l'écart. La surface de Shrubb peut étaler le léger clapot en lisière de la zone de mouillage : avantage au cata...

Crépuscule sur le fort du Lequin
8 septembre : nous remontons un bon vent d'ENE au près pendant deux petites heures vers Port-Cros. 



Dans le canal entre Bagaud et Port-Cros, nous trouvons 20 nœuds de vent de face et plus d'1 m de houle dans la zone de mouillage : impossible de repérer les taches claires au milieu de l'herbe dense et nous n'arrivons pas à accrocher l'ancre. Après plusieurs tentatives, le guindeau donne d'inquiétants signes de fatigue et il faut se résoudre à prendre une bouée.

Port-Cros : mouillage sur bouée
Le chaos règne à l'intérieur de la rade. C'est plein et beaucoup trop serré : la longueur autorisée à 15m est irréaliste, les bateaux évitent en tous sens, touchent les bouées voisines et même les autres bateaux.


Nous sommes à l'entrée, très exposés à la houle mais au moins maintenus dans un axe stable. Cela nous évitera les manœuvres nocturnes de nos voisins avec sorties précipitées de pare-battages... Et la note nous dissuadera de passer plus d'une nuit : 94 €... On atteint ici des sommets !



Une habitante nous dira son amertume devant la surpopulation estivale et la surpêche autour de Bagaud et Port-Cros : les tentatives pour établir des réserves se heurtent à l'opposition des prudhommies de pêche et autres lobbies...

Pèlerinage au petit cimetière

La côte nord et le rocher du Rascas

Vers l'ouest, Bagaud et Porquerolles
9 septembre : après une nuit assez inconfortable dans ce mouillage remuant, balade sur Port-Cros, côté sud.

Les ferries déversent  un flot ininterrompu de visiteurs
Nous passons avant l'invasion : dès 10 h le chemin sera une autoroute...






Dès midi nous quittons Port-Cros pour un rapide bord de largue en direction de Brégançon.


La résidence présidentielle
Nous mouillons au nord du Fort - où ne séjourne guère plus le Président de la République. Entre les îlots, la rade d'Hyères et une plage naturiste, le paysage est charmant et surtout beaucoup plus tranquille qu'en face.




 


La Royale veille à courte distance

10 septembre :  notre promenade est écourtée par une nouvelle alerte météo, pas un vrai BMS mais une prévision de mauvais temps avec pluie et refroidissement. Il vaut mieux rentrer.

Au largue - grand largue sur 32 milles
Sous bonne escorte...
Aux Issambres : retour à la maison

1 commentaire:

  1. Marie Noëlle25 octobre, 2015

    Je connais tout ça par coeur, mais on ne s'en lasse pas... je ne regrette plus de ne pas pouvoir naviguer en été !
    J'y serai en novembre à nouveau, ce sera certainement plus calme ! Tes photos sont belles !

    RépondreSupprimer

Laissez vos commentaires ici