14 mai 2009

Tenue de printemps


.Villefr0509_03_s.jpgFini cet hiver froid et pluvieux. Teles a sa nouvelle garde-robe : le code zéro et le spi asymétrique, bienvenus dans le très petit temps qui s'installe avec la douceur d'avril.






Pour une fois nous mettons cap au nord-est : la baie des Anges, Nice et Villefranche sur mer.
 
Villefr0509_07.jpg 
 
Ça n'étonnera personne : on se fait jeter du port d'Antibes. Le 1er mai, les 80 places visiteurs annoncées sont soit-disant complètes...

Mais la VHF a des oreilles ! Et qui nous contacte spontanément ? La Marina Baie des Anges toute proche.

Villefranche0509_04B.JPG 

Hem... comme mouillage sauvage en pleine nature, les voileux purs et durs vont hurler !

Villefr0509_81.jpg 
 
Mais l'accueil est chaleureux, on nous guide et on nous aide avec le sourire : finalement une escale technique très sympa, on reviendra !

Le lendemain, poussé par un force 2 nonchalant, Teles parade devant Nice et rejoint la rade de Villefranche. C'est l'occasion de hisser l'asymétrique qui a bien du mal a prendre le vent, mais nous tire quand même.
 
Villefr0509_09.jpg 
 
Villefr0509_11.jpg 
Le Vieux Nice

La rade est victime de son succès : les immeubles flottants viennent souvent boucher l'horizon...

Villefr0509_20.jpg 
Entrée de la rade de Villefranche sur mer.
  
Malgré tout c'est un beau mouillage, complètement saturé en été.
 
Villefr0509_31.jpg 
Devant les ports de La Darse et de La Santé.

Entre les baies de Villefranche et de Beaulieu sur mer, une petite montée sur le Cap Ferrat en visitant la villa Ephrussi de Rothschild : c'est kitsch en diable, mais quelle vue !

Villefr0509_55.jpg 

Villefr0509_32.jpg
Qui ne rêverait d'un palais intime avec son port au pied ?

Villefr0509_63.jpg 
   Versailles sur Méditerranée...
  
Villefr0509_36.jpg


Un peu d'ombre pour le capitaine.




















Villefr0509_74.jpg 
Terrasse avec vue...

Villefr0509_26.jpg 
Beaulieu sur mer au pied des falaises.

Villefr0509_62.jpg 
Devant Saint Jean - Cap Ferrat.
 
Villefr0509_56.jpg 
Vers Monaco et l'Italie au loin.

Cette côte est devenue le rendez-vous des têtes couronnées et des fortunes du grand monde dès que le train et l'automobile en ont permis l'accès au début du XXème siècle. Quand arrive l'été, c'est envahi et infréquentable, y compris sur l'eau.
En mi-saison c'est enchanteur : trop de constructions, certes, mais l'ambiance est douce et les paysages gardent leur grandeur.
Pour la navigation, les ports et mouillages sont agréables en cette intersaison, mais le relief protège beaucoup du vent : le mistral est hors de portée ; à part quelques dépressions dans le golfe de Gênes amenant du flux d'est, les vents sont plutôt modérés.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires ici